Voici quelques conseils pratiques pour qui veut faire du vélo d'hiver!

À titre informaif, sachez, cher lecteur que j'ai à mon actif trois ans de vélo
à temps plein. Cinq jours par semaine, cinquante-deux semaines par années.
Été, hiver, beau temps, mauvais temps!

Je fais un court six kilomètre l'été quand il fait soleil ou
un très long six kilomètre l'hiver quand il y a une tempête!

 


Les vêtements


Pour l'été, c'est bien simple, vous vous habillez comme bon vous semble!

Pour les entres saisons ça se complique. Un bon imperméable est nécessaire, veste et pantalon. Assurez-vous qu'il est réellement imperméable et non pas de type K-Way. Une paire de bottes imperméables ou des couvres chaussures seront également nécessaires. Moi j'utilise des bottes de l'armée, elles sont confortables (avec une semelle de feutre), abordable (usagées ou neuves dans les surplus), imperméables et pourront vous servire toute l'année.

Pour l'hiver, je vous propose l'approche de type pelure d'oignon.

T-shirt, chandail à manche longue pas trop épais (coton ou vêtement de sport), polar de bonne qualité et coupe vent. Pour le coupe vent, je recommande fortement les manteaux de ski de fond. Ceux fait par le MEC sont parfaits - et ils m'ont été recommandés par un courrier à vélo montréalais. Pour les jambes un simple pantalon coupe vent fera l'affaire jusqu'à -30°C, température où, généralement, ils craquent. Côté bottes j'utilise les bottes de l'armée dont je parlais plus haut. Elles ne sont pas doublés mais avec un bon coup de pédale on se réchauffe généralement très vite. D'où l'importance d'ailleurs, d'avoir des vêtements qui respirent. (Cela dit à grand vent en bas de -30°C, trouvez-vous un gentil collègue ou supplier votre douce moitié car à ces températures non-seulement vos vêtements ne suffiront plus mais le mécanisme d'entraînement de votre roue arrière risque de geler.)

Restent les extrémités. Pour la tête je m'en sort généralement avec deux ou trois tuques. Pas une par-dessus l'autre! Non, une plus légère qui laisse passer le vent (jusqu'à -10°C), une pour tous les jours, qui coupe le vent, avec une bande de polar au niveau des oreilles (jusqu'à -25°C) et une de type cagoule à jumeler avec une autre lorsqu'il fait tout près de -30°C.

Le cache-col est évidemment de rigueur et il est fortement recommander de respirer à travers celui-ci lorsque le froid est assez intense pour brûler les bronches (en bas de -25°C).

Dernier point les mains. Encore là, une panoplie de paire de gants et de mitaines seront nécessaires. On ajuste, va sans dire, au besoin. Rappelez-vous simplement que les mitaines sont plus chaudes que les gants et que deux épaisseurs valent mieux qu'une. J'ai pour ma part une paire de gant à deux épaisseurs reliés par un fil, c'est très utile lorsqu'on doit ajuster notre sac, un vêtement ou le vélo.

Voilà pour l'hiver, le sac à dos est bien sûr de mise puisque la température change beaucoup l'hiver entre 7h00 et 17h00 et qu'il faut constamment ajuster notre habillement afin d'être le plus à l'aise possible.

.jpm

 


Le vélo


Pour le vélo je recommande, sans grandes surprises, le vélo de montagne. Je ne crois pas aux pneus à clous seulement en un bon entretien. Si vous faite déjà du vélo à temps plein vous savez qu'un bon vélo et un entretien régulier est nécessaire - après c'est votre moyen de transport!

L'hiver par contre, ça change quelque peu la donne. Les vélos d'hiver, même s'ils sont très bien entretenus ne durent guère plus d'un hiver. Alors c'est, pour ma part, le bon vieux vélo usagé que votre voisin ne veut plus qui est de mise. Vous y ajoutez un garde boue arrière (très important, surtout aux entres saisons) et un garde boue avant si ça vous le dit.

Je recommande fortement les freins de type cantilever, si le vélo pas cher du voisin n'a pas ce type de freins allez voir un peu plus loin. Cependant il n'est pas nécessaire d'acheter un 18 vitesses, les changements de vitesse sont beaucoup plus rares l'hiver.

Côté entretien, il y a deux points majeurs à ne pas oublier :

Un, huiler votre chaîne et vérifier sont état régulièrement. Pour ma part j'ai utilisé du lubrifiant à chaine pour motocross Castrol. Elle est plutôt salissante et il faut absolument l'appliquer à l'intérieur, mais elle peut tenir jusqu'à un mois!

Deux, laissez votre vélo dehors! L'entrer au boulot et à la maison est très mauvais, les pièces sont constamment en train de se contracter ou de se dilater, elles briseront plus vite et c'est aussi très mauvais pour la rouille.

Mis à part ces deux points majeurs, il est important de bien examiner votre vélo, d'être à son écoute, ce n'est pas parce que c'est l'hiver qu'il devrait se mettre à faire un toutes sortes de petits bruits bizarres. Faites également attention aux grands froids, en bas de -30°C le mécanisme d'entraînement de la roue arrière à tendance à geler et il vous sera alors impossible de pédaler ce qui, par grand froid, n'est pas très réjouissant.

Reste la conduite! Hé oui, conduire un vélo l'hiver c'est autre chose. Les lames laissées par les voitures deviennent de véritables pièges, elles vous tireront dans leur direction et la glace est beaucoup dangereuse pour vous que pour un piéton ou un automobiliste. Cela dit le seul vrai conseil que je peu vous donner c'est de tourner et de changer de direction en inclinant votre vélo plutôt qu'en tournant votre guidon, une opération qui favorise le dérapage.

Dernier point. Allez-y doucement par grands froids, le corps a besoin de s'ajuster un peu…

Et, ho!, n'ayez pas peur des tempêtes et des grosses chutes de neige, c'est là que le vélo d'hiver prend tout son sens!

.jpm


Pour de plus ample renseignments, si c'est diable possible, écrivez-moi!

Et, en terminant deux liens vers des pages contenant d'autres informations sur le vélo d'hiver.

Voyagez-Futé et Vélorizontal