L’art de faire mentir les chiffres

C’est avec une régularité déconcertante que l’on nous sert cette interminable rengaine sur ces pauvres fonctionnaires qui gagnent moins qu’au privé. Encore hier, Le Devoir titrait (enfin, sous-titrait, pour être précis) : « Les salaires du secteur public sont inférieurs de 11,3 % à ceux des autres salariés, selon l’Institut de la statistique du Québec ».

Or grâce aux hyperliens des articles disponibles en ligne il nous est maintenant possible de vérifier les sources, des sources qui en l’occurrence nous viennent de l’Institut de la Statistique du Québec, de son communiqué officiel… Et, vous allez le voir, les sources donne un tout autre message que celui contenu dans le sous-titre du Devoir.

En effet en parcourant le texte de l’ISQ on se rend compte que ce n’est pas les salaires du secteur public dans son ensemble qui sont plus bas que le privé, mais les salaires des employés de l’administration québécoise. Mieux, si on poursuit la lecture on découvre que si l’on tient compte des avantages sociaux (quelle idée de fou de les exclure de la comparaison au départ) le corps administratif québécois n’est qu’à 6,1% des autres salariés québécois.

Mais le pire c’est qu’en fait les autres salariés québécois inclus le reste de la fonction public et que quand on compare le salaire de l’administration québécoise au privé on « note toutefois la parité » dit laconiquement le rapport!

On est donc finalement à l’opposé de ce que laisse entendre l’article du Devoir puisque la parité est atteinte en incluant les « autres salariés de l’État » c’est donc que le privé gagne moins que l’administration publique québécoise!

On le confirme ici : « Les débours de l’administration québécoise pour les avantages sociaux sont inférieurs à ceux des employeurs des autres salariés québécois (23,4 % du salaire contre 26,0 %); ils sont toutefois équivalents à ceux du secteur privé (23,0 %). Quant aux débours relatifs à l’ensemble des avantages sociaux et des heures chômées payées dans l’administration québécoise (40,2 % du salaire), ils sont similaires à ceux observés chez les autres salariés québécois (40,3 %) mais plus élevés que dans le secteur privé (35,8 %). »

Alors voilà, c’est écrit noir sur blanc, la fonction publique dans son ensemble gagne plus que le privé de près de 5% et tout ça en travaillant moins d’heure! Alors lâchez-nous les avec vos salaires plus bas! Et ne venez pas inclure ici les médecins et les grands patrons, ce ne sont, dans un cas comme dans l’autre pas des salariés.

.jpm

This entry was posted on Friday, December 2nd, 2011 at 2:51 pm and is filed under Politique, Société, Économie. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Entrez votre commentaire